Gabriel Jobidon

Professeur agrégé (LL.B, MBA, M.Sc., LL.D.)

Département de génie de la construction , École de Technologie Supérieure (ÉTS)

À propos de moi

Présentation

Gabriel détient un doctorat en droit de l’Université Laval, une maîtrise en gestion de l’environnement, une maîtrise en administration des affaires ainsi qu’un baccalauréat en droit de l’Université de Sherbrooke. Il a travaillé sur de multiples projets d’infrastructure publique, tant comme employé d’organismes publics que comme consultant. Il est spécialisé dans les appels d’offres du secteur de la construction et principalement dans les modes de réalisation alternatifs. Il s’intéresse particulièrement aux contrats relationnels et collaboratifs comme la Réalisation de projet intégrée et l’Alliance.

Les modes de réalisation encadrent la planification, la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance de l’infrastructure. Alors que les donneurs d’ouvrage se sont historiquement tournés vers les modes dits traditionnels (entreprise générale), de plus en plus les regards se tournent vers les modes alternatifs (CC, CCF, CCFE, CCFEE) ou collaboratifs (gérance, réalisation de projet intégrée). En collaboration avec nos partenaires industriels, nous participons à l’évolution de ces modes, à la détermination des meilleures pratiques juridiques et commerciales ainsi qu’à l’évaluation de leur performance.

Le cadre législatif et réglementaire québécois applicable aux projets de construction s’intéresse particulièrement aux questions de corruption, de collusion, d’intégrité et de conformité. Sans minimiser ces questions, il n’en demeure pas moins que les questions d’efficacité, d’efficience, de valeur, d’obtention de la qualité et de performance environnementale ont été négligées. Grâce à nos partenaires, nous cherchons à faire évoluer ce cadre pour qu’il permette l’obtention d’infrastructures performantes et afin qu’il accomplisse des objectifs sociétaux plus larges, comme l’approvisionnement responsable, ou bien la recherche de résilience et d’adaptation aux changements climatiques dans les normes des différents paliers gouvernementaux.

L’herbe est toujours plus vert chez le voisin… mais pas toujours! La comparaison est une méthode de recherche juridique permettant de critiquer nos propres règles. La confrontation à d’autres réalités économiques et culturelles permet de faire émerger de nouvelles pratiques.

La théorie du contrat relationnel cherche à favoriser une collaboration à long terme entre les parties prenantes à un contrat. Ce dernier repose sur la confiance mutuelle et la flexibilité afin de réduire au possible les sources de conflits et les imprévus devant certainement advenir au courant de la relation. Cette vision s’oppose à celle des contrats dits transactionnels. Ce type d’entente repose sur des transactions «discrètes », c’est-à-dire des transactions ne s’inscrivant pas dans un historique passé et sans considération pour les relations futures. Bref, une offre unique qui entraîne des coûts cachés, dits « coûts de transaction », comme les frais juridiques et financiers. 

Enseignement

Le prof. Jobidon est responsable des cours suivants :

Scroll to Top