Chaire de recherche industrielle sur l’intégration des technologies numériques en construction

La chaire de recherche industrielle a initialement été créée en janvier 2012 grâce au support financier de Pomerleau Inc. et d’Hydro-Québec. Se rajouteront à la fin de l’année 2015 trois nouvelles firmes : Ædifica, Bouthillette Parizeau et Canam. À la fin du mandat initial de la chaire en 2018, cette dernière s’est vue renaître avec onze partenaires industriels à bord, se nommant désormais « Chaire de recherche industrielle sur l’intégration des technologies numériques en construction ».

Les travaux de la Chaire se conjuguent à ceux du Groupe de recherche sur l’intégration en développement durable (GRIDD), fondé et dirigé par Daniel Forgues, professeur en génie de la construction à l’ÉTS.

À propos de la « Chaire Pomerleau » (2013-2018)

Objectifs

La Chaire visait à contribuer à rattraper le retard de l’industrie québécoise de la construction dans la modernisation de ses pratiques, l’adoption de nouvelles technologies par la recherche et le développement de nouvelles pratiques basées sur des plateformes technologiques en émergence. L’objectif est de fournir les ressources, les outils et les connaissances à notre industrie afin qu’elle demeure compétitive dans un environnement en pleine transformation tout en participant activement à la réalisation d’un cadre bâti durable.

Mission

Améliorer la performance et la compétitivité québécoise par l’intégration des meilleures pratiques et des technologies incluant:

  • La capture, la production et la diffusion des connaissances en BIM collaboratif et Lean;
  • La veille technologique et la formation de personnel hautement qualifié;
  • L’arrimage entre les firmes québécoises en TI en construction et l’industrie.

À propos de la nouvelle chaire de recherche (2019+)

La nouvelle chaire aura d’abord pour mission de faire « avancer l’industrie en bloc » afin de briser les barrières qui existent entre les différents acteurs de l’industrie. Pour ce faire, elle s’appliquera à encourager la collaboration dans un secteur où prévalent les « factions ». Les profondes divisions entre les différents acteurs du milieu constituent en effet un frein à son renouvellement. Ensuite, elle aura pour mandat de stimuler la création d’une culture de l’innovation dans le milieu de la construction. Enfin, elle souhaite participer au développement de « l’agilité organisationnelle », afin que les entreprises puissent composer avec les changements rapides qu’entraîne l’utilisation des technologies numériques.

Le grand objectif de ce déploiement considérable d’efforts, d’investissements et d’intelligence de la nouvelle chaire est aussi simple qu’ambitieux : placer le Québec parmi les 10 premiers utilisateurs mondiaux du BIM d’ici 5 ans.

Les commentaires sont clos.